Nul ne regarde en soi où il ne peut y avoir personne

 

(Samuel Beckett)

 

Et loin d'imaginer leur état ultime où chaque corps sera fixe et chaque oeil sera vide. Ils en viendront là à leur insu et seront tels sans le savoir

 

(Samuel Beckett)

 

 

Le regard fixe face à l'objectif, je me situe là où tu m'as demandé d'être.

Précisément, tu ne demandes rien; tu n'alimentes pas le temps qui passe - pas d'égarement possible, l'objectif est là pour nous rappeler à l'ordre, pris sous cet angle là, face à face, toi et moi ; la rencontre -cet oeil qui me fixe ne me fait pas peur ; iL ne se veut pas juge, il est là au-delà du beau et du laid, il interroge, dévisage nos visages... C'est cette émotion que tu tentes de révéler chez l'autre; c'est ce moment d'abandon que tu sais reconnaître lorsqu'il n'y a plus-pas de lutte - pas de masque- pas de peur de se montrer tel qu'on est.

J'aime cette image que je tiens dans les mains que je dévisage à volonté ; je passe des contours au relief; j'observe l'asymétrie..Dans tous ces visages se cache un peu de toi...

 

Françoise Clavel